Noël 2020

 

Q U E L    S A U V E U R  ?   

               Cette fête de Noël nous rejoint dans une période tout-à-fait inédite. Même si les autorités politiques et sanitaires font ce qu'elles peuvent, nous sentons bien que personne ne maitrise encore la propagation du virus Covid 19. D'où une peur et une angoisse diffuses, relayées par certains medias. D'où une morosité et une lassitude par rapport aux restrictions qui sont apportées à notre vie quotidienne.

 

PUISSANCE ET FRAGILITE

               Cette situation nous interroge de la manière suivante. Depuis cent à cent cinquante ans, notre société a réalisé des progrès et des réussites considérables dans de nombreux domaines. Depuis la relation homme -femme et la communication jusqu'au développement de l'économie et aux transports. Nous  ressentons une légitime fierté, pour ne pas dire une suffisance, par rapport à nos capacités humaines. Et voilà qu'un virus, qui n'est même pas visible à l'oeil nu, est en train de paralyser une bonne partie de nos activités. Il nous oblige à pratiquer le couvre-feu que l'on croyait moyennageux. Il nous rappelle les terribles épidémies des siècles passés : peste, choléra etc. Il nous révèle nos fragilités. En définitive, nous sommes moins puissants que nous le pensions, la maitrise de nos existences est plus fragile que nous nous l'imaginions. Ces circonstances inattendues nous font prendre conscience, d'une manière qui nous est imposée, de nos faiblesses et de nos vulnérabilités.

 

 U N   S A U V E U R   V O U S   E S T    N E  A U J O U R D ' H U I

               Dans ce contexte, nous venons d'entendre le message de l'ange : "Ne craignez pas, aujourd'hui vous est né un Sauveur". Oui, un Sauveur mais quel sauveur? Et comment nous sauve-t-il? Je me souviens de la question posée par un jeune d'une vingtaine d'années, dans un groupe qui se réunissait régulièrement lorsque j'étais curé de paroisse à Pau : "qu'est-ce que çà a changé dans le monde le fait que le Christ, en naissant, nous montre que Dieu nous aime?". C'est vrai que la vie des bergers n'a pas changé, elle est restée aussi rude. Les Romains ont continué d'occuper le pays. Les injustices et les violences n'ont pas cessé. Et le Christ n'apas été leur Sauveur par je ne sais quelle action d'éclat, comme celle d'un Zorro ou un Superman venu des cieux. Mais un autre jeune a donné une réponse judicieuse : "Ce que le Christ a changé? C'est qu'il nous montre que l'Amour aura le dernier mot".

               Oui, l'amour de Dieu pour les humains et l'amour des humains entre eux. Au bout de deux mille ans, nous n'en sommes pas encore là. Nous restons confrontés à beaucoup d'épreuves, de violences , de souffrances dont le Covid 19. Alors nous pouvons nous poser la question : pourquoi Dieu n'a -t-il pas résolu les problèmes des bergers? Ceux-ci d'ailleurs ont du être étonnés lorqu'ils ont découvert que le soi-disant sauveur n'était qu'un enfant.  Pourquoi n'a-t-il pas sauvé sur le champ les bergers? Et nous avec? N'est-il pas tout-puissant? C'est qu'il faut s'entendre sur la puissance de Dieu. Une comparaison peut nous éclairer.

C O M M E   L E S   P A R E N T S   E D U C A T E U R S  D E  L E U R S    E N F A N T S

               Les parents mettent au monde leurs enfants par amour. Ils vont essayer de les éduquer au mieux, en les invitant à développer leurs capacités, tout en acceptant leurs limites. Ils vont essayer de développer chez leurs enfants la confiance en eux-mêmes et le courage pour surmonter les épreuves et les échecs inévitables. Parce que les parents aiment vraiment leurs enfants, ils ne font pas les choses à leur place. Mais, au fur et à mesure que les enfants grandissent, leurs parents veulent qu'ils deviennent vraiment responsables, autonomes, capables de prendre des décisions d'adultes dans une réelle liberté. Bref, des hommes et des femmes dignes de ce nom.

 

 D I E U   N O U S   S A U V E  A V E C    N O U S

               De même Dieu. Que dis-je? Non seulement de même mais beaucoup mieux, puisqu'il est  Amour. De toute éternité, il désire que chaque être humain, unique dès sa conception, devienne pleinement lui-même et tienne sa place dans une humanité appelée à devenir une famille fraternelle. Dieu le Fils vient modestement, humblement pour nous montrer le chemin à suivre et la manière de nous comporter pour atteindre cet objectif. S'il n'avait pas souffert, si sa vie n'avait pas été marquée par des épreuves et des échecs, s'il n'était pas mort, il ne serait pas crédible. Trop souvent nous parlons de Dieu comme s'il était bien au chaud, bien à l'abri dans son ciel, en train de nous regarder vivre, nous construire et nous débattre dans nos joies et nos difficultés et subir le mal. Mais non. Dieu est devenu intégralement comme nous (sauf le péché) pour que nous puissions devenir intégralement comme lui et trouver ainsi notre plénitude humaine. Ce travail sur nous-mêmes pour grandir en humanité, Dieu ne le fait pas à notre place, pas plus que les parents pour leurs enfants. Il nous appelle à prendre nos responsabilités, il nous stimule pour que nous ne nous laissions pas aller au découragement, au fatalisme, au complotisme. Il est heureux quand nous avançons dans la bonne direction, sur le plan tant personnel que collectif. Il souffre de nos souffrances quand nous subissons le mal, il souffre de nos fragilités mais il ne les supprime pas magiquement. Chaque jour, il construit avec nous et nous construisons avec lui notre personnalité définitive qui partagera pleinement sa vie, son bonheur, son amour.

               Soyons donc certains que ce n'est pas grandir Dieu que de dévaloriser l'humain. Bien au contraire, Dieu désire de toutes ses forces le développement des capacités et des valeurs humaines  quand elles permettent une vie selon l'Evangile, un épanouissement selon le Christ. Aujourd'hui Dieu désire de toutes ses forces que nous puissions vaincre et détruire le virus. Réjouissons-nous que Dieu, à travers nos progrès et nos fragilités, nos réussites et nos faiblesses, ne cesse de nous accompagner. Voilà comment Dieu nous sauve. Son Amour ne nous trompera pas. Oui, aujourd'hui un Sauveur nous est né. Un psaume de Noël chante: éveillons l'aurore. Soyons des éveilleurs de l'aurore.