EGLISE VERTE (écologie et spiritualité)

 

Aucune description de photo disponible.

 

UN LIEN A DECOUVRIR.

VIDEO DU PAPE SUR LE RESPECT DE LA CREATION

https://www.youtube.com/watch?v=BegHIACk26Y

 

 " LA PLANETE EST DANS UN ETAT DE CANCER TRES AVANCE"

selon Nicolas HULOT

t

 

Extraits de l’Appel fondamental à la conscience

de la délégation des indiens iroquois

(ONU 1977)

TEXTE DU MOIS D'AVRIL

 

Au commencement, on nous a dit que les êtres humains qui marchent sur la terre ont été dotés de tout ce qui est nécessaire à la vie. On nous a appris à nous apporter de l’amour les uns aux autres, et à avoir un grand respect pour tous les êtres de la terre. On nous a montré que notre vie existe grâce à la vie de l’arbre, que notre bien-être dépend de la vie végétale, que nous sommes les proches parents des êtres à quatre pattes. Selon nous, la conscience spirituelle est la forme la plus achevée de la politique.

Notre politique est un mode de vie. Nous pensons que toutes les choses vivantes sont des êtres spirituels. Les esprits peuvent s’exprimer sous forme d’énergie traduite en matière. Un brin d’herbe est une forme d’énergie exprimée en matière: la matière-herbe. L’esprit de l’herbe est cette forme invisible qui produit les espèces d’herbes et elle nous est manifestée sous la forme de l’herbe réelle. 5 (…)

Les instructions originelles nous recommandent, à nous qui marchons sur la terre, d’exprimer un grand respect, une grande affection et de la gratitude envers tous les esprits qui créent et soutiennent la vie. Nous saluons et exprimons notre reconnaissance aux nombreuses choses qui soutiennent notre vie: le blé, les haricots, la bouillie, les vents, le soleil. Lorsque les gens cessent de respecter et d’exprimer leur gratitude pour toutes ces choses, alors toute vie commence d’être détruite, et la vie humaine sur cette planète touche à sa fin.

Extrait du livre de Joanna Macy et Chris Johntone « L’espérance en mouvement » Labor et Fides 2018

 

Faites l’expérience : Lisez les débuts des phrases ci-dessous, et observez comment vous les complétez naturellement. C’est à faire par la pensée ou par écrit, seul ou avec un partenaire ; consacrez quelques minutes à chaque phrase :

Ce que j’aime dans le fait d’être vivant sur Terre, c’est…..

Un endroit magique de mon enfance, c’était…

Parmi mes activités préférées il y a …

Quelqu’un qui m’a aidé à croire en moi, c’est ou c’était….

Ce que j’apprécie en moi-même, c’est…

 

Zone de Texte: Faites l’expérience : Lisez les débuts des phrases ci-dessous, et observez comment vous les complétez naturellement. C’est à faire par la pensée ou par écrit, seul ou avec un partenaire ; consacrez quelques minutes à chaque phrase :
Ce que j’aime dans le fait d’être vivant sur Terre, c’est…..
Un endroit magique de mon enfance, c’était…
Parmi mes activités préférées il y a …
Quelqu’un qui m’a aidé à croire en moi, c’est ou c’était….
Ce que j’apprécie en moi-même, c’est…

La gratitude en encourageant des sentiments de confiance, va à l’encontre de l’insécurité. Elle nous incite à rendre service et à aider les autres, ainsi  qu’à agir de manière à renforcer les réseaux de soutien dont nous faisons partie. La gratitude nous informe qu’il y a des gens autour de nous qui ont notre bien-être à cœur, ce qui nous motive pour développer notre capital social par la réciprocité.

Extraits de l’Appel fondamental à la conscience de la délégation des indiens iroquois (ONU 1977)

Au commencement, on nous a dit que les êtres humains qui marchent sur la terre ont été dotés de tout ce qui est nécessaire à la vie. On nous a appris à nous apporter de l’amour les uns aux autres, et à avoir un grand respect pour tous les êtres de la terre. On nous a montré que notre vie existe grâce à la vie de l’arbre, que notre bien-être dépend de la vie végétale, que nous sommes les proches parents des êtres à quatre pattes. Selon nous, la conscience spirituelle est la forme la plus achevée de la politique.

Notre politique est un mode de vie. Nous pensons que toutes les choses vivantes sont des êtres spirituels. Les esprits peuvent s’exprimer sous forme d’énergie traduite en matière. Un brin d’herbe est une forme d’énergie exprimée en matière: la matière-herbe. L’esprit de l’herbe est cette forme invisible qui produit les espèces d’herbes et elle nous est manifestée sous la forme de l’herbe réelle. 5 (…)

Les instructions originelles nous recommandent, à nous qui marchons sur la terre, d’exprimer un grand respect, une grande affection et de la gratitude envers tous les esprits qui créent et soutiennent la vie. Nous saluons et exprimons notre reconnaissance aux nombreuses choses qui soutiennent notre vie: le blé, les haricots, la bouillie, les vents, le soleil. Lorsque les gens cessent de respecter et d’exprimer leur gratitude pour toutes ces choses, alors toute vie commence d’être détruite, et la vie humaine sur cette planète touche à sa fin.

Extrait du livre de Joanna Macy et Chris Johntone « L’espérance en mouvement » Labor et Fides 2018

 

Faites l’expérience : Lisez les débuts des phrases ci-dessous, et observez comment vous les complétez naturellement. C’est à faire par la pensée ou par écrit, seul ou avec un partenaire ; consacrez quelques minutes à chaque phrase :

Ce que j’aime dans le fait d’être vivant sur Terre, c’est…..

Un endroit magique de mon enfance, c’était…

Parmi mes activités préférées il y a …

Quelqu’un qui m’a aidé à croire en moi, c’est ou c’était….

Ce que j’apprécie en moi-même, c’est…

 

Zone de Texte: Faites l’expérience : Lisez les débuts des phrases ci-dessous, et observez comment vous les complétez naturellement. C’est à faire par la pensée ou par écrit, seul ou avec un partenaire ; consacrez quelques minutes à chaque phrase :
Ce que j’aime dans le fait d’être vivant sur Terre, c’est…..
Un endroit magique de mon enfance, c’était…
Parmi mes activités préférées il y a …
Quelqu’un qui m’a aidé à croire en moi, c’est ou c’était….
Ce que j’apprécie en moi-même, c’est…

La gratitude en encourageant des sentiments de confiance, va à l’encontre de l’insécurité. Elle nous incite à rendre service et à aider les autres, ainsi  qu’à agir de manière à renforcer les réseaux de soutien dont nous faisons partie. La gratitude nous informe qu’il y a des gens autour de nous qui ont notre bien-être à cœur, ce qui nous motive pour développer notre capital social par la réciprocité.

 

 

 

 

 

 

Soirée Carême à Montlieu-La Garde jeudi 4 avril 2019

 

 «LE BIEN VIVRE ENSEMBLE »

 

Présenté et animé par Claire PIERRE

et l’équipe CCFD-Terre solidaire des 3 Monts et St Aigulin

 

Je m’appelle Claire Pierre. Certains me connaissent bien maintenant, je  passe une retraite paisible à Montguyon après avoir travaillé en direction dans  5 centres sociaux urbains durant 18 ans dans diverses villes de France et terminé ma carrière professionnelle par une mission de développement social  intercommunal participatif en milieu rural au centre social de Courçon d’Aunis dans le nord de la Charente Maritime durant 15 ans. Dans ma vie d’avant, avec quelques petits diplômes en poche, je suis devenue spécialiste en développement social local et en action communautaire. Les questions du lien social et du bien vivre ensemble -qui sont en quelque sorte les garants d’une belle vitalité locale- m’ont toujours préoccupée que cela soit le bien vivre ensemble entre les habitants discriminés de quartiers populaires dans les grandes villes ou  bien entre les habitants un peu oubliés des campagnes françaises. Aujourd’hui les modèles sociétaux sont bien souvent mis à mal avec des replis sur soi ou dans la sphère familiale. Nous sommes dans une période de doute, de changement, d’effondrement aux dires de certains, de fin du monde ou de fin d’un monde selon les propos de Nicolas Hulot. Pour de nombreux observateurs, nous sommes dans un changement de paradigme, dans une phase cruciale de transition.

Je vous propose ce soir un premier tour de piste au sujet du concept du Bien vivre ensemble qui est un des axes de recherche et d’investissement  du CCFD-Terre solidaire. Pour une fois, on ne parlera pas des difficultés mais des possibilités et des ressources des territoires (environnement naturel, habitants, élus et entreprises) pour changer leur monde,  pour changer de monde et entrer dans une approche globale où le bonheur est pris en compte ! Pour nous c’est une invitation à changer de lunettes et à s’inscrire  dans l’Espérance.

Et pour la petite histoire, je vous rappelle qu’en étudiant le concept  du Bien vivre, nous ne sommes pas très loin de l’article 1 de la constitution française du 24 juin 1793 qui énonce comme but de la société : le Bonheur commun !

 

Cette soirée se déroulera en 3 temps

Présentation du déroulement de la soirée :

-1 je vous proposerai une courte introduction sur le concept du bien vivre.

-2 nous allons regarder  deux petits films. L’un de 21minutes  illustrera le cadre de notre réflexion grâce aux  témoignages très variés d’acteurs sociaux issus de tous les continents, le second petit clip de 5 minutes présentera le 1er forum international pour le Bien vivre lancé à Grenoble en 2018  1ére illustration en France de ce mode d’être respectueux des humains  et des non-humains (animaux, végétaux, paysages océans et rivières). Ces deux films vont sans doute provoquer des questions, des réactions des réflexions c’est pourquoi….

-3 Dans un troisième temps, avec l’aide de quelques complices, nous  vous proposons une formule participative « le café du monde ». Il s’agit d’échanger  autour de 3 questions. Après ce temps de débat et de réflexions, la présentation très rapide d’une synthèse par chaque animateur clôturera nos échanges.

-4 Les personnes qui  souhaitent prolongées la soirée partagerons un repas, c’est l’occasion de mettre en pratique le bien-vivre ensemble…

 

Mais avant cela, qu’est-ce que le bien vivre  ?

 

Le Buen Vivir (Bien Vivre ou vie bonne en Français),  est un concept autochtone à vocation universaliste qui nous vient d’Amérique du sud utilisé en particulier en Équateur et en Bolivie. Ce concept est inscrit dans la constitution de ces deux états sud-américains (l’Équateur en 2008 et la Bolivie en 2009).  Le Bien vivre s’appuie sur le principe :

- d'une relation harmonieuse entre les êtres humains et la nature -dont nous faisons partie,

-d’une vie communautaire faite d’entraide,

- de responsabilités partagées,

- de production collective et de distribution des richesses selon les nécessités des membres de la communauté et en plus prend en compte les générations futures et intègre les exclus de la population : les femmes, les immigrés, les habitants des quartiers populaires.

Ce concept ne s’inscrit pas, vous l’aurez compris dans un modèle d’accumulation de richesses. Mais ce n’est pas pour autant un concept révolutionnaire !

Ce concept alternatif à l’idéologie du développement ou de la croissance à tous crins s’est répandu peu à peu en Amérique Latine et trouve un écho de plus en plus large au sein des cercles de réflexion dans les pays occidentaux mais aussi en Asie et en Afrique.

Le maitre de conférences Jean Ortiz déclare à son propos : « En termes idéologiques, le "Bien vivre" implique la reconstitution de l’identité culturelle d’un héritage ancestral séculaire (...) une politique de souveraineté et de dignité nationale (...) la récupération du droit de relation avec la Mère Terre et la substitution de l’accumulation illimitée individuelle de capital par la récupération intégrale de l’équilibre et de l’harmonie avec la nature[] ».

L'homme politique et médecin belge-péruvien Luis Barbarán trouve remarquable que « ce mode de pensée des communautés indiennes précolombiennes ait survécu à l’invasion des conquistadors, au pillage de toutes les ressources des communautés, à la négation même de leur histoire et de leur culture, pour renaître 500 ans plus tard ! ».

Le politologue français Paul Ariès émet l'idée d'un « Buen vivir à la française » – non pas un calque mais une inspiration, ce Bien-vivre serait selon lui « un devenir possible de l'humanité », non point un gadget mais un « cadeau conceptuel » de l'Amérique andine, offert au monde.

Un sociologue portugais Boaventura de Sousa Santos appelle à mettre sur pied « un concept de communauté où personne ne peut gagner si son voisin ne gagne pas ». 

L'esprit du Buen Vivir inspire les politiques, notamment « La constitution équatorienne de 2008, en reconnaissant les Droits de la Nature, c’est-à-dire en comprenant la Nature comme sujet de droit et en lui accordant le droit d’être intégralement restaurée après destruction, a établi un point de repère dans l’humanité. Tout aussi importante est l’incorporation de l’expression Pacha Mama, considérée comme synonyme de Nature, car elle marque la reconnaissance du plurinational et du multiculturel.

Le Buen Vivir refuse l’accumulation perpétuelle, le « toujours plus », le « encore mieux » ; en un mot, l’hybris, la démesure. Il promeut le sens de la limite contre le « Tout et n’importe quoi est permis » de l’hédonisme libéral Denis Baba, (Anarchie économique, Atelier de création libertaire, 2011, p. 38).

Une petite parenthèse au sujet du produit intérieur brut qui demeure l’indicateur n°  1 de nos sociétés : Suite à la critique du PIB par ses objecteurs Nicolas Sarkosy a été en 2008 le commanditaire du rapport Stiglitz.  La Commission  sur la mesure des performances économiques et du progrès social   dénonce :« Ceux qui s’efforcent de guider nos économies et nos sociétés sont dans la même situation que celle de pilotes qui chercheraient à maintenir un cap sans boussole fiable… » . Joseph Stiglitz illustre son propos en mettant en évidence un dangereux paradoxe : «  les Etats Unis en 2008-2009  ont connu une décennie de forte croissance du PIB et de déclin pour la plupart des gens », à la même époque le Monde titrait « Le Japon se porte bien, les japonais beaucoup moins ». Nicolas Sarkosy à la Sorbonne (14 sept 2009) résumait la philosophie du rapport par une formule marquante : « Pendant des années, les statistiques économiques ont affiché une croissance forte comme une victoire sur la pénurie, jusqu‘à ce qu’il apparaisse que cette croissance en mettant en péril l’avenir de la planète, détruisait davantage qu’elle ne créait !!! ».

Même si nous ne sommes pas des économistes chevronnés, nous sentons bien confusément que ce rêve de croissance et de production tous azimuts est de l’ordre de la démesure. Nous sommes dans une période de transition et des pans entiers de systèmes de production que l’on pensait vertueux ne le sont pas. (Cf. Laudato si)

Les différents témoins que l’on va entendre dans ce film nous parlent de la santé, de l’accès à la nourriture pour tous,  mais aussi des demandes qui sont essentielles :

- « être égaux en droit et bien vivre ensemble »,

-« être ouvert à l’autre aux voisins, au frère à l’homme »,

- découvrir que le monde n’est pas uniquement à moi ou à ma patrie mais que nous sommes tous une grande famille humaine, découvrir notre interdépendance… »,

- « le bien vivre c’est une question d’entraide, de culture, de besoins financiers et surtout de cœur ! »,

Un africain nous dira : « Une personne ne peut pas dire qu’elle a le bien-être alors que d’autres sont en train de souffrir ».

- le bien vivre c’est pouvoir rester dans son pays, ne pas être obligé de partir pour trouver de meilleures conditions de vie pour survivre et avoir une vie décente »,

-le bien vivre c’est faire une auto analyse continuellement, réfléchir sur ce que nous consommons, comment nous le consommons, comment nous nous comportons avec nos voisins »,

- « le bien vivre, ce n’est pas là pour le moment mais pour l’avenir… »

Avec le concept du Bien vivre, Il s’agit de repenser le développement et repenser nos modèles de société

 

Un autre point que je souhaiterai aborder avant la projection.

 

L’ONU a défini en fonction des problématiques actuelles 17 objectifs de développement durables  pour les années 2015-2030 .

 

 Cette information doit consolider notre réflexion et précisent les urgences de notre monde d’aujourd’hui. Je me permets de les rappeler :

  1. Éradication de la pauvreté.

  2. Sécurité alimentaire et agriculture durable. Lutte contre la faim

  3. Accès à la santé et bien-être.

  4. Accès à une éducation de qualité.

  5. Égalité entre les femmes et les hommes.

  6. Accès à l’eau salubre et à l’assainissement-Gestion durable de l’eau pour tous.

  7. Recours aux énergies renouvelables-Énergies propres et à un coût abordable.

  8. Accès à des emplois décents

  9. Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation.

  10. Réduction des inégalités.

  11. Villes et communautés durables.

  12. Consommation et production responsables.

  13. Lutte contre les changements climatiques.

  14. Conserver et exploiter de manière durable les océans et les mers aux fins du développement durable.

  15. Vie terrestre (forêts, biodiversité, etc.)

  16. Paix, justice et institutions efficaces.

  17. Partenariats pour la réalisation des objectifs.

 

La chose est entendue : il est des pays développés et d’autres en (voie de) développement (anciennement : dits sous-développés). Il existerait donc une ligne, graduée, reliant les sombres cavernes aux néons des centres commerciaux. Le Buen Vivir conteste cette vision linéaire et positiviste du monde comme de l’Histoire et propose d’autres cadres d’interprétation.

Le Buen Vivir émet une autre objection, qui rejoint ses préoccupations écologiques : une chose bonne doit, par principe, l’être pour tous. On juge de la pertinence d’un acte ou d’une idée à son extension, à sa projection-universalisation (songeons à la maxime ordinaire : « Imagine que tout le monde fasse comme toi, etc. »). Le mode de vie des pays occidentaux ne peut être appliqué sous tous les méridiens, sauf à torpiller la planète : son évidence et sa raison d’être s’effondrent. Rappelons qu’il faudrait quatre planètes si chaque terrien adoptait le mode de consommation d’un Nord-Américain (étude Global Footprint Network).

En clair, avec le bien vivre c’est faire  mieux avec moins ! Et surtout refonder les liens sociaux et la confiance entre les hommes…

Cette notion de développement — avancée la première fois en 1949 par le président américain Harry S. Truman — apparaît aux yeux d’un économiste équatorien comme une « vision globale et unificatrice » fondée sur la « reproduction des modes de vie des pays centraux ». Une vision héritière de l’ère impériale et coloniale, où le Centre (le Vieux et le Nouveau monde) s’institue en phare et mètre-étalon, reléguant à l’état d’arriération les espaces du globe qui ne suivent pas sa voie ou n’ont pas encore « atteint » son « niveau » économique, scientifique, industriel et culturel. Il y a donc « retard ». Ainsi que l’énonçait l’économiste allemand Wolfgang Sachs dans les années 1980, les peuples Touaregs, constitués autour d’un mode de vie inintelligible au regard des canons contemporains, ne représenteraient plus l’une des nombreuses modalités d’existence offertes par l’Homo sapiens mais une déficience, un manquement, un défaut à rattraper sans plus tarder. Le développement, accepté comme une succession d’étapes à remplir, rime donc avec l’occidentalisation pure et simple des continents. Le Divers serait une insuffisance et la pluralité des cultures une faiblesse à combler, pour embrasser l’évolution « logique », le Progrès, la « marche du monde » et les « défis du temps présent »…

 

 

Liens pour voir les deux films visualisés lors de cette cette soirée :

  https://vimeo.com/311232566   

  https://vimeo.com/293549920

Sources utilisées pour l’exposé : https://ccfd-terresolidaire.org/mob/agenda/forum-international-pour-le-bien-vivre-6036

http://www.lefigaro.fr/economie/2009/09/11/04001-20090911ARTFIG00304-stiglitz-met-l-individu-au-centre-de-l-economie-.php

https://www.revue-projet.com/dossier_revue/comment-mesurer-le-bien-vivre/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Buen_Vivir

 

 

Biblio: « Une autre fin du monde est possible » de Pablo Servigne, Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle-« Amazonie les  travaux des civilisations précolombiennes » Stéphane Rostain-« Sentir-penser la Terre » d’Arturo Escobar- Revue projet n°36 Février 2018 « Comment mesurer le Bien-vivre »- « Essai sur le don » (Le cycle du don : donner, recevoir, rendre) Marcel Mauss

Café du monde  « Seuls les citoyens sont à même de dire et de mesurer ce qui fait leur bien-être ».

La parole est donnée aux participants, voici leurs réponses aux 3 questions :

1-Qu’est-ce qui vous a interpellé dans ces courts métrages ? Animé par  Hélène Legendre

  • « Rencontre multigénérationnelle sur une question fondamentale : Bien vivre. Comment changer les indicateurs de nos sociétés dont l’économie est mue par l’argent ? ».

  • « Combat des jeunes (notamment en Algérie) pour un autre système, pour changer la planète, le climat ».

  • « Collectif (le bien vivre ensemble) et personnel (la responsabilité de chacun). Ensemble voir avec ses yeux, réfléchir avec sa tête. Former notre capacité de jugement et de réflexion pour ne pas être des moutons de panurge ».

  • « Quel poids font ses belles utopies évoquées dans le court métrage en face du matraquage du Marché( publicité) qui façonne le prêt à penser de la plupart ».

  • « Le grand débat de Grenoble a mobilisé des personnes de tous les âges et avec des différences diverses. Un désir de changer le monde ».

  • « Si dans chacune de nos vies nous changeons quelque chose pour protéger notre planète alors l’espoir pourra continuer de fleurir ».

  • « Très impressionné de voir que des personnes y croient mais comment faire faire pour que ces valeurs se répandent chez les hommes ? ».

  • « Le bien vivre peut nous emmener dans un monde meilleur, il suffit d’y croire ».

  • « Certaines populations en Amérique du sud sont conscientes de la philosophie de vie des anciens et s’en inspirent pour avoir une vie meilleure aujourd’hui ».

  • « Nous ne toucherons pas tout le monde mais si seulement 5% de la population était persuadée qu’elle peut à son niveau faire quelque chose pour le « Buen Vivir », alors on a le droit de rêver ».

  • « Je suis plutôt triste face à cet espoir qui me semble totalement UTOPIQUE. Notamment de l’Afrique face à ce que les pays riches lui font subir au niveau de la pollution, de l’exploitation des matières premières et des hommes ! ».

  • « Encouragée de voir qu’il y a des personnes qui croient au BNB (bonheur national brut). On ne le verra pas mais…ne désespèrent pas ! ».

  • « Commencer par nous mettre dans la peau de ceux qui sont en place (Afrique, Asie, Amériques, Russie…),se mettre à leur niveau, faire face ».

2-Qu’est-ce qui compte le plus dans ma vie ? Animé par Monique Morin

  • « L’entente et la paix dans ma famille et ailleurs ». « Le bien être de mes enfants, de ceux qui m’entourent »

  • « L’harmonie familiale, une vie respectueuse de la nature »,

  • « La paix dans le monde, la fraternité, la solidarité, l’altruisme »,

  • «Etre en relation avec les d’autres et agir pour les autres. Etre reconnu, accueilli, exister pour d’autres ». « Me sentir en harmonie avec moi-même, les autres et l’environnement ». « Etre en lien avec les autres pour partager, être relié à la nature ».

  • « L’harmonie entre les personnes, la justice et la dignité ou la justice pour la dignité, le contact avec la nature et les animaux ».

  • « Contribuer à ce que ceux avec qui je vis se sentent écouter, respecter et trouvent leur place dans le lieu où elles vivent ».

  • « Egalité des êtres humains, considération ».

  • « Le partage, l’amitié, l’écoute ».

  • « L’échange, le don de soi. Aider les autres à être plus heureux ».

  • « Pouvoir décider de ce qu’il faut (à chacun) pour vivre dignement, avec respect, tolérance ».

  • « L’amour de Dieu, le respect et l’amour de l’autre, la joie et l’espérance ».

 

3-Les grands domaines qualitatifs  identifiant les principales composantes  du Bonheur national Brut au Bhoutan sont les suivants : Bien être psychologique, santé, utilisation du temps, éducation, niveau de vie, diversité écologique et résilience, diversité culturelle et résilience, bonne gouvernance, vitalité de la communauté . Pouvons-nous construire ensemble le BNB à la française ? Animé par Claire Pierre

  • Alimentation : « alimentation et respect de la production. Si l’on veut bien manger, il faut dépenser plus de 17% des revenus ! », « on arrête d’acheter des salades à Inter, on les cultive… », « toujours manger à sa faim »

  • L’autre : « Prendre le temps avec l’autre », »respect de la différence, dans la différence il y a toujours quelque chose qui est bien même si ça nous surprend ! », « la complémentarité de l’autre », « retrouver la valeur que tout être humain a et qu’il peut apporter à tout le monde », « valeur inaliénable et non comparable », « chacun a une place à prendre dans la société », « être à l’écoute des besoins des autres », « accueillir les migrants »,

  • Travail sur soi-même : « décoloniser notre tête de ses critères et de ses normes », « il y a du courage à s’indigner », « liberté se nettoyer le cerveau »,

  • Le Bien vivre : « Le bien vivre, c’est vivre le moins mal possible ! », « il faut tout reprendre à zéro, tout revoir… », »Autrefois il y avait du bienvivre, on a changé de société. Quand on s’est enrichi…on a peur de perdre… », « le bonheur est dans la pauvreté, la dépossession »,

  • Niveau de vie, pauvreté : « Réapprendre la pauvreté, avoir besoin des autres, les gens ont peur de demander, s’accepter humble et pauvre », « Démesure, richesses stérilisées : œuvres d’art (aux prix faramineux), constructions humaines (inutiles), certains salaires et parachutes dorés », « On gagnerait beaucoup à être plus sobres dans le but de partager »,

  • La confiance : « trouver le moyen de redonner confiance entre les gens, confiance dans les institutions »,

  • Le savoir : « le savoir partagé », « l’éducation à revoir »,

  • La Terre : « La Terre pourrait nous nourrir tous, aspect écologique », « respirer un air pur… »

  • Autonomie : « On a tous le droit de bouger », « faire tomber les murs »

  • L’argent : « plus d’argent (dans le sens supprimer l’argent) »,

Pour compléter, autres indicateurs :

Grenoble-Ibest : biens de subsistance, travail et emploi, affirmation de soi et engagement (comment un individu prend sa place dans la société et la manière dont on la lui donne), démocratie et vivre ensemble, environnement naturel, santé, accès et  recours aux services publics, temps et rythme de vie…

Agenda 21 en Gironde : construction d’un monde meilleur et durable, tout en agissant au quotidien au plus proche des citoyens. Projets territoriaux de développement durable, 5 finalités : l’épanouissement de tous les êtres humains, la cohésion sociale, la solidarité entre les territoires et les générations, la lutte contre les changements climatiques et la préservation de l’atmosphère, la préservation de la biodiversité et la protection des milieux et des ressources, une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

 

En forme de conclusion : Extrait  de la revue projet Le Buen Vivir P69

Ce qui rend une société vigoureuse, ce n’est pas la croissance, mais sa contribution à l’équilibre. Il est indispensable de dépasser la conception des êtres humains comme « producteurs », « conquérants » et « transformateurs » de la nature pour lui substituer celle de « soignants », « cultivateurs » et médiateurs » de la nature. Les êtres humains ne sont pas humains parce qu’ils transforment la nature mais parce qu’ils en prennent soin. Les êtres humains ne produisent pas, ne créent pas, ils cultivent ce qui appartient au « tout ».

 

 

 

LE 23 MARS FAITES UN GESTE POUR LA NATURE...

Mini haute saintonge propre affichecomplete

 

RDV 14H30 A LA GUINGUETTE DU THEATRE NATURE

17H RETOUR. PHOTO DU  "BUTIN"  RAMASSE

ET VERRE A PARTAGE

 

SAMEDI 15 MARS.

MARCHE DU SIECLE POUR LE CLIMAT

 

DEUX LIENS POUR EN SAVOIR PLUS

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/15-16-mars-2019-mobilisations-pour-le-climat_132081

https://ilestencoretemps.fr/

Vous trouverez grâce à ce dernier lien  la marche la plus proche de chez vous

 

 

Marchedusieclebx

 

Affiche ccfd 2019 st aigulin

 

 

TEXTE DU MOIS DE MARS

 

Conte aborigène de la création.

Les contes aborigènes sont parmi les plus vieux contes du monde. Le « temps du rêve » raconte comment le Grand Esprit  et autres êtres surnaturels donnèrent forme au monde. Dans  ce conte, un de ces êtres surnaturels, la Grand-mère serpent, le Serpent arc-en-ciel a modelé le paysage et  réveillé les diverses créatures et voici ce qu’il en est de la femme et de l’homme.

« Et tout à la fin, elle fit sortir une femme et un homme. Elle les emmena dans un endroit regorgeant de choses à boire et à manger, et leur enseigna les usages auxquels ils devaient se plier.

   Ce que leur transmit le Serpent arc-en-ciel était très simple. Elle leur apprit qu’ils devaient respecter toutes les créatures vivantes. Car le kangourou, le cacatoès étaient leurs cousins, des enfants issus de la même création. Et elle leur expliqua qu’ils devaient respecter la terre et en prendre soin. Car ses rochers, ses arbres et ses points d’eau étaient sacrés, puisqu’ils faisaient partie, eux aussi, du monde qu’elle avait créé.

   Et avant de retourner dormir sous la surface de la terre, le Serpent arc-en-ciel mit en garde la femme et l’homme. Elle leur rappela qu’ils n’étaient pas propriétaires de la terre, qu’ils en étaient les gardiens. Et elle ajouta que si, par avidité ou par plaisir, ils abusaient de la terre au lieu d’en prendre soin, alors elle devrait peut-être ressortir et créer un nouveau monde. Et dans ce nouveau monde, la femme et l’homme n’auraient pas de place ».

 

-----------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

L ECOLOGIE,  UN AXE DE REFLEXION 

 

DE LA CONFERENCE DES EVEQUES DE FRANCE

 

ALLEZ VOIR LE SITE DE LA CEF, ICI...

 

https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/ecologie-integrale/laudato-si/420736-qui-sommes-nous/

 

 

UN SITE A CONNAITRE ! 

 

LE SITE DES CHRETIENS UNIS POUR LA TERRE

 

https://chretiensunispourlaterre.wordpress.com/

 

 

UNE PROPOSITION DE LECTURE...

 

POUR TOUS CEUX QUE LA PRESERVATION DE NOTRE MAISON COMMUNE PREOCCUPE

 

https://eglisesetecologies.com/2016/03/10/ecologie-lire-cest-deja-agir/

 

 

------------------------------------------

LE TEXTE DU MOIS

FEVRIER

------------------------------------------

 

 

La grenouille qui ne sent rien venir...

 

 

Une grenouille nage dans une marmite remplie d'eau. Un feu est allumé sous la marmite de façon à faire monter progressivement la température. La grenouille  nage sans s'apercevoir de rien. La température continue de grimper, l’eau est maintenant tiède. La grenouille s'agite moins mais ne s’affole pas pour autant. La température de l'eau continue de grimper. L’eau est cette fois vraiment chaude,  la grenouille commence a trouver cela désagréable, elle s’affaiblie mais supporte la chaleur. La température continue de monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir. Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50 degrés, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart de temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

 

 

Des liens utiles

 

où les chrétiens de tout poil parlent d'écologie...

 

...et des questions de notre temps!

 

https://www.lejourduseigneur.com/jds_referent_videos/lecologie-est-ce-notre-combat/

Une proposition écologique, le lundi vert sans viande et sans poisson?

 https://www.lundi-vert.fr/

Savoir si vous voulez renouer avec le Carême d'autrefois? Voici un éclairage théologique!

http://www.caremepourlaterre.org/themes/eclairages-theologiques/eclairage-catholique/

Se tenir au courant avec le père Lang et son site églises et écologie:

https://eglisesetecologies.com/

Concilier respect de l'humain et de l'environnement en agriculture, c'est la démarche de deux jeunes femmes agronomes. Suivez-les dans l'aventure!

https://associationhommesdeterre.wordpress.com/

2018 l'année la plus chaude, vous voulez savoir?

http://www.meteofrance.fr/actualites/69116087-2018-l-annee-la-plus-chaude-en-france

 

 

 

 

Prière pour notre terre

 

-Lettre Encyclique du Souverain Pontife François-

Laudato Si

 


Dieu Tout-Puissant
qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour pour que
nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix, pour que nous vivions
comme frères et sœurs
sans causer de dommages à personne.
Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre
qui valent tant à tes yeux.
Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs
de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.
Apprends-nous à découvrir
la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés,
à reconnaître que nous sommes profondément unis
à toutes les créatures
sur notre chemin vers ta lumière infinie.
Merci parce que tu es avec nous tous les jours.
Soutiens-nous, nous t’en prions,
dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

 

----------------------------------------

TEXTE DU MOIS

JANVIER

----------------------------------------

 

Fable avec 2 loups 1

 

 

Michel Maxime Egger,  La Terre comme soi-même.

Repères pour une écospiritualité, Édition. Labor et Fides

 

Michel Maxime Egger est un sociologue suisse, de confession orthodoxe.  Il est aussi responsable des questions de développement durable pour un regroupement d’organisations suisses d’entraide, nommé Alliance Sud.

Il propose une approche de l’écologie qui dépasse le matérialisme pour offrir une spiritualité de la Création , qu’il appelle « ECOSPIRITUALITE ». Créé à l’image de Dieu, l’homme a pour lui une position clé dans le monde qui l’entoure, le nourrit, le protège et l’inclut. Il est dans une relation d’interdépendance avec lui qui l’invite à une prise de conscience : celle d’une humilité qui soit un dépassement des ambitions de maîtrise, de domination , en un mot de volonté de puissance. Il plaide pour que l’homme saisisse que travailler à la transfiguration de la Création est œuvrer à sa propre transfiguration. L’homme et la nature sont liés, ils sont animés de la même vie, ont une communauté de devenir transfigurant.

                                                                                                                                                          Père Bernard

 

 

 

 

Réunion des Veilleurs de la Terre-Eglise verte de St Aigulin

27 novembre 2018 14h 16h

 

Présents : Bernard Epron, P. Bernard Housset, Hélène Legendre, Marie Claude Peyvieux, Jean Veuille, Claire Pierre

Excusés : Anne-Marie Chatain, Béatrice Lézin-Dutour, Maïté Pellerin, Philippe Vincent

Compte rendu :

 Prières des chrétiens avec la Création (Laudato si) lu par Hélène

 Planification et validation un échéancier des actions Eglise verte novembre 2018-octobre 2019 :

 

-NOVEMBRE-DECEMBRE 2018

 

1 fois par mois un article sur le blog de la paroisse http://www.paroissesaintaigulin.com/

Prière individuelle et jeûne le 30 novembre et 1er et 2 décembre pour la réussite de la Cop 24 à Katowice en Pologne. La prière universelle du dimanche 2 décembre reprendra ces éléments et la prière de la création sera lu par un jeune paroissien.

Marche mondiale pour le climat dans les grandes villes de France et du monde le 8 décembre. Pour celles et ceux en ce jour de l’Immaculée Conception, les prières sont bienvenues !

Noël, le Père Bernard dira un mot pour présenter le Printemps des spiritualités et parlera entre autres de l’écologie.

 

-JANVIER 2019

Blog : Un conte chaque mois, en janvier la légende amérindienne des deux loups…

Un tout nouveau tableau d’affichage sera mis dans l’église pour toutes informations et entre autre pour Eglise Verte

Réunion des Veilleurs de la Terre mercredi 23 janvier à 18h30 salle st Fort

 

-FEVRIER 2019

 

Blog : Un conte, histoire de la petite grenouille

Afin d’être attentif à améliorer nos performances énergétiques, le diagnostic électrique gratuit EDF est réalisé pour l’ensemble des bâtiments (église-maison paroissiale-salle st Fort) ; la rencontre avec l’expert de la CDC sur les économies d’énergie est également à réaliser.

 

-MARS 2019

 

Blog : Un conte aborigène

Période de Carême : programmation des actions proposées par le CCFD-Terre solidaire dont le thème cette année est : « Pour vaincre la faim devenons semeurs de solidarité ».

 

-AVRIL 2019

 

Blog : le discours du chef indien Seattle en 1854

Attention particulière au renouveau de Pâques (21 avril) et éclairage sur les textes de ce temps de Pâques.

 

-MAI 2019

 

Blog, un conte des kogis

Dans le cadre du Printemps des spiritualités, conférence de Pierre HURMIC (avocat bordelais) sur les enseignements de Laudato si

Rallye écolo organisé par des jeunes ou reporter en juin-juillet selon disponibilités.

 

-JUIN 2019

Blog : un conte à venir

 

-JUILLET 2019

 

Blog : un conte à venir Pique-nique familial partagé et bio

 

-SEPTEMBRE Mois de la création

-OCTOBRE 2019

 

Ajustement annuel du diagnostic Eglise Verte

 

Blog onglet Eglise verte

 Chaque mois sur le blog il y aura un article (informations diverses : info pratique par exemple pour ne plus être dérangé par des appels téléphoniques publicitaires intempestifs, etc.). Ces articles seront également affichés en église.

 

 Questions diverses :

-Le groupe des Veilleurs souhaite avoir les éléments de connaissances pour pouvoir faire des économies d’énergie. A ce propos, c’est le Père Bernard qui doit contacter Monsieur le Maire ou ses adjoints et également l’expert de la CDC afin de faire part de cette démarche responsable qui permettra au groupe des Veilleurs d’avoir les éléments nécessaires pour alimenter nos futures réflexions (diagnostic électrique gratuit et autres éléments).

-Au sujet de l’utilisation des gobelets plastiques,   sera interdite en janvier 2019 et qu’il convient de les remplacer soit par des verres soit par des gobelets cartons biodégradables. La question sera transmise au conseil paroissial.

-En ce qui concerne la rénovation de la salle St Fort, Jean Noël Mestreaud responsable du chantier est particulièrement attentif à l’isolation thermique et à l’impact écologique.

-Lieux d’affichage dans l’église :

Le Père Bernard rencontre prochainement un professionnel afin d’améliorer l’affichage intérieur et extérieur de l’église.

Bernard Epron demande que l’affichage extérieur soit plus grand.

-Une personne de St Aigulin est prête à nous informer sur l’utilisation de moteurs de recherche vertueux comme le site Lilo…affaire à suivre

-Stop Pub : le Père Bernard se charge de contacter un graphiste afin de demander un devis pour la réalisation d’un petit autocollant pour les boites aux lettres afin de limiter les distributions publicitaires non sollicitées. Contenu de l’autocollant : stop pub avec un sens interdit, une image de St François (Saint patron de l’écologie) et référence à Eglise Verte ou site de la paroisse.

Ce petit autocollant sera vendu en paroisse pour aider le financement du printemps des spiritualités.

 

La prochaine réunion du groupe des Veilleurs est prévue mercredi 23 janvier à 18h30 afin de permettre la participation des personnes qui travaillent

 

 

 

 

 

 

4 OCTOBRE 2018 MESSE DE LA SAINT FRANCOIS

 

 

MOT D'ACCUEIL

                       

La liturgie de ce jour fête Saint-François d’Assise, déposé « nu sur la terre nue », le jour où il rejoignit après une vie d’abandon de soi, le Très Bas, Son Seigneur.

Le pape François dans son Encyclique LAUDATE SI, fait connaître en ce siècle, l’intuition de Saint François, son émerveillement pour tout ce qui compose la Création, de la terre au cosmos, de la genèse à la parousie.

Notre paroisse s’engage à travers le label EGLISE VERTE à vivre cette fraternité universelle, en   accompagnant ses membres vers une prise de conscience, nous ouvrant ainsi un chemin de Fraternité  pour que nous puissions voir de nos yeux de chair, comme Job (1ière Lecture de ce jour) « les bontés du Seigneur sur la terre des vivants ».

 

PRIERE UNIVERSELLE

 

En ce 4 octobre nous sommes invités à une prise de conscience de notre responsabilité à l’égard de la planète : accordons du temps à la contemplation et à l’émerveillement.
Et pour qu’à l’exemple de notre père François puisse jaillir en nous la louange ,
Seigneur nous te prions.

Que cette contemplation de la nature nous conduise à trouver les gestes qui en découlent dans le respect de la création et le désir de relations justes .
Pour notre responsabilité à l’égard de la vie dans toutes ses dimensions 
Seigneur nous te prions.

À l’ouverture, hier, du synode des jeunes le pape a demandé aux Pères synodaux « un dévouement créatif, une dynamique intelligente, enthousiaste et pleine d’espérance ».
Pour que nos attitudes offrent aux jeunes un visage ouvert et rayonnant de l’église .
Seigneur nous te prions .


 


 

 

Connaissez-vous la biodynamie ?

 

REUNION DU 24 SEPTEMBRE 2018

 

Nous étions une petite quinzaine, ce lundi 24 septembre 2018 à participer à la causerie de Jean Noël et Pascale MESTRAUD au sujet (complexe mais passionnant) de l'agriculture Biodynamique. Après une brève biographie de Rudolf Steiner, son fondateur (1861-1925), Jean Noël et Pascale nous ont initiés au B.AB.A de la biodynamie: concevoir la ferme comme un organisme agricole vivant dans sa biodiversité, la fabrication et l'utilisation des préparations et enfin travailler avec les rythmes cosmiques selon le calendrier de Maria Thun. Tout cela pour vivre en concordance avec Dame Nature, mieux la connaître, mieux se connaître et mieux se respecter. Laissons le dernier mot à Pascal:" Ce n'est pas le jardinier qui fait le jardin, c'est le jardin qui fait le jardinier", tout un programme n'est-ce pas ?

 

Claire P.

 

Biodynamie 1 24 sept 2018

 

Biodynamie 2 24 sept 2018

 

 

LE MOIS DE LA CREATION A SAINT-AIGULIN

 

Depuis la parution de Laudato Si , encyclique du pape François sur la sauvegarde  la « Maison commune », notre Terre, l’église catholique s’engage en paroles et en actes dans le domaine de l’écologie. Pour Elena LASSIDA, chargée de mission “écologie et société” à la Conférence des Évêques de France, prier pour la création fait véritablement sens aujourd’hui. “Dans le cadre de la crise écologique que nous vivons au niveau planétaire, il faut pouvoir associer la dimension spirituelle à cette lutte contre cette crise écologique. C’est une manière de répondre à cette invitation du pape à vivre une écologie intégrale. L’écologie, ce n’est pas seulement respecter les ressources naturelles, mais c’est toute une conversion intégrale” explique-t-elle.

Pour le pape, l’écologie ce n’est pas seulement le respect de la nature, mais c’est la façon de changer toutes nos relations avec les êtres vivants. Diocèses, paroisses, communautés, se mobilisent en faveur de la protection de la création mais aussi pour promouvoir des styles de vie durables

 A St Aigulin, c’est donc  à l’initiative du Père Bernard HOUSSET  qu’un programme écospirituel  a été  concocté par les Fraternités franciscaines locales.

 

 

 

 

2018 :  Le secteur paroissial

 

de St Aigulin 

 

obtient le label Eglise verte 

 

 

Attestation label paroisse de st aigulin 3985 page 1

 

Suite à la décision du  conseil paroissial  du 4 septembre 2018, le secteur pastoral de St Aigulin vient de demander la labélisation « Eglise verte ». Nous sommes avec la Paroisse de Jonzac, les premières à être labélisées en Charente Maritime et curieusement les deux églises vertes17 sont de Haute Saintonge !

 

Un peu d’histoire :

 

En 2017 selon le journal La Croix  après le jour du dépassement des ressources  annuelles de la planète  le 2 aout, a été annoncée la création d’un Label Eglise verte  le 16 septembre à Paris. L’initiative portée en France par la Conférence des Evêques, la Fédération protestante de France, l’Assemblée des évêques orthodoxes et le Conseil des églises, vise la conversion écologique des églises dans une harmonie œcuménique ».

Depuis un site a  été créé www.egliseverte.org . Il met à disposition des paroisses un outil éco-diagnostic qui permet de faire un point de situation annuel. 58 questions sont posées concernant 4 secteurs différents : Célébrations et catéchèse,  gestion énergétique des bâtiments et des terrains, modes de vie encouragés par la paroisse, engagement local et global. Avoir le label Eglise Verte, c’est apprendre à être attentifs à nos consommations énergétiques en paroisse mais également promouvoir par l’exemple un comportement sobre et respectueux de la nature dont d’ailleurs nous faisons  partie ! Cette action s’inscrit dans le temps (notion très large : + de 10 ans) et nous aidera chaque année   à mesurer la progression de la paroisse.

 

Quel intérêt pour la paroisse ?

 

  • Mettre en œuvre des actions en référence à l’encyclique Laudato si
  • Protéger la Création et sensibiliser le plus de monde possible parce que nous savons que dans la Nature « Tout est lié » et que nos actes ne sont pas sans conséquences,
  • S’inscrire dans un projet d’actualité comme d’autres acteurs locaux et peut être en collaboration avec eux,
  • Avoir une posture exemplaire qui encourage les paroissiens et les citoyens à se pencher sur le sujet et à revisiter leurs comportements,
  • S’ouvrir à nos responsabilités intergénérationnelles et favoriser le dialogue avec les plus jeunes,
  • Aider à la découverte du concept d’écospiritualité (écologie spirituelle) qui va bien au-delà de l’écologie environnementale,
  • S’appuyer sur les connaissances des paroissiens du monde rural pour étayer des solutions adaptées à notre milieu.

Vers quoi allons-nous ? 

 

  • Nous souhaitons créer un groupe de « Veilleurs pour la Terre » composé de personnes de tous les âges afin d’approfondir ce sujet et organiser des actions tout au long de l’année.
  • Accompagnés par « Eglise verte » nous diagnostiquerons chaque année les avancées réalisées.
  • Nous participerons à l’organisation du Printemps des spiritualités en mai 2019. L’écologie spirituelle y sera à l’honneur.
  • Au cours de l’année, nous organiserons des rencontres avec d’autres acteurs locaux et nous vous en ferons part de l’avancée de nos réflexions  sur ce blog.

 

Un dernier petit conseil fraternel si ce n’est déjà fait:

pensez à lire Laudato Si et faites-vous connaitre pour participer au groupe « Veilleurs pour la Terre »

 

 

Contact Claire PIERRE – responsable du projet : claire_pierre@orange.fr ou 05 46 70 02 33

 

 

 

MESSE DU 2 SEPTEMBRE 2018

INAUGURATION DU MOIS DE LA CREATION

 

Ce 2 septembre, la messe nous a réunis au théâtre de verdure pour inaugurer le mois de la Création. Ce très beau cadre champêtre en bord de rivière  nous a permis de nous pénétrer de l'urgence de la prise de conscience éco-spirituelle, que la PRIERE UNIVERSELLE et l'HOMELIE du Père Bernard ont chacune souligné. Quelques soucis techniques nous ayant privé de micro au moment de la PU, (merci Jean-NOEL d'avoir fini par repérer l'antenne à déployer...) la voici reproduite ci-dessous. Un repas partagé nous a ensuite offert un temps de chaleureuse convivialité. 

 

 

PRIERE UNIVERSELLE -Dimanche 2 septembre 2018-.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour cette belle Terre,

 pour cette nature nourricière, pour les animaux nos frères,

pour cette biosphère matérielle et spirituelle,

qui nous relie d’atomes et d’Amour à la pulsation universelle.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour notre pape François,

dont l’Encyclique LAUDATO SI invite à une prise de conscience éco-spirituelle,

afin que l’homme dans son rapport à la Création dépasse sa logique de prédateur

 pour accéder à une logique de respect, d’équilibre et de communion.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour ton Eglise qui éveille les cœurs et les esprits ,

 nous prémunit contre le péché d’indifférence , nous ouvre au bien commun,

nous rend audible le cri des pauvres, fait de nous des protecteurs

 de la Terre que nous habitons, unis à tout ce qui existe.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour cette communauté qui a foi en Toi,

Qui entre dans la démarche EGLISE VERTE avec le désir de se sentir reliée à toute ta création,

Le désir de se convertir et de s’élever à une compréhension nouvelle :

Celle d’une intériorité qui a une dimension collective, qui est conscience de l’unité.

 

Loué sois-tu, Seigneur, pour le chemin que tu nous montres ainsi

 vers une sobriété heureuse,

 vers le partage avec les plus fragiles

dans le respect de notre maison commune.

 

 

Mini img 1617

Mini img 1613

 

Mini img 1629

Mini img 1630

Mini img 1651

Mini img 1653

 

 

 

 

MOIS DE LA CREATION 2017

 

 Introduite dès la messe du  3 septembre, la première soirée film-débat du jeudi 14 a été consacrée au peuple autochtone de Colombie, les  Kogis. Une vingtaine de spectateurs ont apprécié ce film, « les Kogis, messages des derniers hommes » qui lance un cri d’alerte concernant le comportement des « petits-frères »- c’est nous - qui détruisent le monde…, leur monde issu d’une tradition millénaire basée sur une relation intime au vivant.

 

Voici pour les retardataires le lien qui permet de voir ou revoir ce beau film : https://www.youtube.com/watch?v=JkXgAYaiXFI

 

 

Affiche kogis definitive

 

 

Dimanche 17 septembre, à 9h15  nouvelle rencontre d’une dizaine de « lève-tôt »  autour d’un petit déjeuner écospirituel bien garni : Poires, noix, figues du jardin, café de racines de pissenlit et café d’épeautre (recette d’Hildegarde de Bingen). Bernard Housset a introduit le concept d’écospiritualité    faisant suite à une lecture partagée  avec quelques Saint-Aigulinoises du livre de Michel Maxime Egger « la Terre comme soi-même ». Dans cet ouvrage, l’homme est ainsi repensé à la fois comme intendant, roi et liturge de la création. Sa mission est de sauvegarder la nature, et ce d’autant mieux qu’il n’est pas extérieur à elle (la nature n’est pas un « environnement »), mais qu’il en fait lui-même partie intégrante. Au lieu de camper sur les positions anthropocentriques qui prévalent depuis des siècles, l’être humain, s’il veut permettre à la planète d’éviter la catastrophe en cours, doit opérer en lui-même une transformation dont le but ultime est rien moins que la divinisation, la sienne (telle que prônée par le Christ) et celle de la nature, car elles sont inséparables. Pour cela, il s’agit de faire bon usage de ses facultés, d’acquérir un autre mode de connaissance, de retrouver les qualités du féminin dans l’être (respect, douceur, humilité, sobriété, dialogue, etc.) et de les développer, dans un état d’esprit qui est tout à l’opposé de l’austérité, mais qui au contraire est un chemin de libération et de joie

 

Cafe de pissenlits 321

 

Mercredi 20 c’est le tour des enfants de se reconnecter à la création. Ils sont venus nombreux écrire avec de l’encre magique (jus de citron qui devient invisible et se colore à la flamme d’une bougie), reconnaitre et trier les plantes fleurs, feuille, racines et fruits, deviner les yeux bandés quels sont les légumes et fruits mis sur la table, préparer pour maman une orange déodorante aux clous de girofles, savoir reconnaitre les chants des oiseaux et reconnaitre les graines, repérer les formes géométriques dans la nature, etc.  Le temps est passé trop vite et un petit gouter bio a clôturé cet après-midi. Les enfants en partant n’avaient qu’une envie : recommencer le mercredi suivant !

 

Photo enfant mois de la creation

 

 

Jeudi 28, c’est le moment d’apprendre comment vivre plus sainement et fabriquer ses produits d’entretien non polluant en s’aidant du bicarbonate de sodium, du percarbonate de soude, du vinaigre blanc,etc. Une jeune fille de Bordeaux, convaincue de la nécessité de changer nos pratiques est venue spécialement nous informer et animer le débat. Là encore une quinzaine de personnes ont échangé des pratiques : lessive à la cendre, aux feuilles de lierre (dont voici la recette : 60 feuilles de lierre dans un litre d’eau, faire bouillir 15 minutes, laisser macérer 24h, presser et filtrer et mettre dans la machine -60ml-  tissus noir et blanc éclatants garantis ! Utiliser rapidement le produit  ne se conserve guère).

 

Mercredi 4 octobre Fête de St François et clôture du mois de la création :

 

COMPTE-RENDU  A VENIR

PAGE EN COURS DE CREATION...

nous essayons de faire vite ! 

 

 

Quelle suite à donner à tout cela ?

On ne peut pas s’arrêter en si bon chemin, d’autant que pour certains cela fait deux ans ½ que l’histoire continue. Elle avait commencé en septembre 2015 par un groupe de lecture partagée sur l’encyclique laudato si. Et en septembre 2016 avec un second ouvrage « la Terre comme soi-même ». Le pauvre aujourd’hui nous dit le pape c’est la nature !!! Ici, la nature est dans toute sa beauté et la plupart des habitants du sud Saintonge y sont sensibles. Pourquoi ne pas franchir encore un cap ensemble, se donner du temps pour continuer à avancer dans ce domaine ? Poser quelques actes concrets ? Apprendre et transmettre aux plus jeunes des savoirs dont ils sont friands – la preuve en a été faite avec cette première expérience…

 

Que se passe-t-il à ce sujet dans les églises en France ?

Depuis le 16 octobre, les Chrétiens Unis pour la Terre* ont créé un label Eglise Verte https://www.egliseverte.org/  pour les paroisses qui s’engagent dans des actions concrètes pour changer le quotidien et sauvegarder la planète. La paroisse de St Aigulin pourrait si les paroissiens le souhaitent demander ce Label au regard de tout ce qui a déjà été fait et ce qui reste à faire en commençant par balayer devant notre porte?

 

---------------------------------------------------------------------------

ET VOUS, QU'EN PENSEZ-VOUS ?

 FAITES-LE NOUS SAVOIR EN UTILISANT LE FORMULAIRE "CONTACT" en haut de la page du blog.

--------------------------------------------------------------------------

*association œcuménique

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 13/04/2019