A LA UNE

      SEMAINE DU 25 AU 31 JANVIER 2021

            

    

    Mardi 26, à 15 H 00, obsèques de Mme Henriette MARTY, en la chapelle de Révignac

     Mercredi 27, à 15 H 00, réunion de l'Equipe Pastorale

     Pas de messe à La Génétouze, Samedi 30, en raison du couvre-feu

   Dimanche 31, à 10 h. 30, messe en l'église de  Saint Aigulin 

                                      

  NOEL

Img 0215

 

Img 0214

 

Messe du 24 Décembre à 17 H 00 avec la chorale des enfants

Img 0184

                                         

Img 0194

 

Img 0195

Img 0223

 

Img 225

Messe de 19 H 30 avec la chorale des adultes

Img 0228

                                   HOMELIE

                                                                                    Q U E L    S A U V E U R  ?                                                                                              

                                                                        Noël     2020

               Cette fête de Noël nous rejoint dans une période tout-à-fait inédite. Même si les autorités politiques et sanitaires font ce qu'elles peuvent, nous sentons bien que personne ne maitrise encore la propagation du virus Covid 19. D'où une peur et une angoisse diffuses, relayées par certains medias. D'où une morosité et une lassitude par rapport aux restrictions qui sont apportées à notre vie quotidienne.

                              PUISSANCE ET FRAGILITE

               Cette situation nous interroge de la manière suivante. Depuis cent à cent cinquante ans, notre société a réalisé des progrès et des réussites considérables dans de nombreux domaines. Depuis la relation homme -femme et la communication jusqu'au développement de l'économie et aux transports. Nous  ressentons une légitime fierté, pour ne pas dire une suffisance, par rapport à nos capacités humaines. Et voilà qu'un virus, qui n'est même pas visible à l'oeil nu, est en train de paralyser une bonne partie de nos activités. Il nous oblige à pratiquer le couvre-feu que l'on croyait moyennageux. Il nous rappelle les terribles épidémies des siècles passés : peste, choléra etc. Il nous révèle nos fragilités. En définitive, nous sommes moins puissants que nous le pensions, la maitrise de nos existences est plus fragile que nous nous l'imaginions. Ces circonstances inattendues nous font prendre conscience, d'une manière qui nous est imposée, de nos faiblesses et de nos vulnérabilités.

                              U N   S A U V E U R   V O U S   E S T    N E  A U J O U R D ' H U I

               Dans ce contexte, nous venons d'entendre le message de l'ange : "Ne craignez pas, aujourd'hui vous est né un Sauveur". Oui, un Sauveur mais quel sauveur? Et comment nous sauve-t-il? Je me souviens de la question posée par un jeune d'une vingtaine d'années, dans un groupe qui se réunissait régulièrement lorsque j'étais curé de paroisse à Pau : "qu'est-ce que çà a changé dans le monde le fait que le Christ, en naissant, nous montre que Dieu nous aime?". C'est vrai que la vie des bergers n'a pas changé, elle est restée aussi rude. Les Romains ont continué d'occuper le pays. Les injustices et les violences n'ont pas cessé. Et le Christ n'apas été leur Sauveur par je ne sais quelle action d'éclat, comme celle d'un Zorro ou un Superman venu des cieux. Mais un autre jeune a donné une réponse judicieuse : "Ce que le Christ a changé? C'est qu'il nous montre que l'Amour aura le dernier mot".

               Oui, l'amour de Dieu pour les humains et l'amour des humains entre eux. Au bout de deux mille ans, nous n'en sommes pas encore là. Nous restons confrontés à beaucoup d'épreuves, de violences , de souffrances dont le Covid 19. Alors nous pouvons nous poser la question : pourquoi Dieu n'a -t-il pas résolu les problèmes des bergers? Ceux-ci d'ailleurs ont du être étonnés lorqu'ils ont découvert que le soi-disant sauveur n'était qu'un enfant.  Pourquoi n'a-t-il pas sauvé sur le champ les bergers? Et nous avec? N'est-il pas tout-puissant? C'est qu'il faut s'entendre sur la puissance de Dieu. Une comparaison peut nous éclairer.

               C O M M E   L E S   P A R E N T S   E D U C A T E U R S  D E  L E U R S    E N F A N T S

               Les parents mettent au monde leurs enfants par amour. Ils vont essayer de les éduquer au mieux, en les invitant à développer leurs capacités, tout en acceptant leurs limites. Ils vont essayer de développer chez leurs enfants la confiance en eux-mêmes et le courage pour surmonter les épreuves et les échecs inévitables. Parce que les parents aiment vraiment leurs enfants, ils ne font pas les choses à leur place. Mais, au fur et à mesure que les enfants grandissent, leurs parents veulent qu'ils deviennent vraiment responsables, autonomes, capables de prendre des décisions d'adultes dans une réelle liberté. Bref, des hommes et des femmes dignes de ce nom.

                              D I E U   N O U S   S A U V E  A V E C    N O U S

               De même Dieu. Que dis-je? Non seulement de même mais beaucoup mieux, puisqu'il est  Amour. De toute éternité, il désire que chaque être humain, unique dès sa conception, devienne pleinement lui-même et tienne sa place dans une humanité appelée à devenir une famille fraternelle. Dieu le Fils vient modestement, humblement pour nous montrer le chemin à suivre et la manière de nous comporter pour atteindre cet objectif. S'il n'avait pas souffert, si sa vie n'avait pas été marquée par des épreuves et des échecs, s'il n'était pas mort, il ne serait pas crédible. Trop souvent nous parlons de Dieu comme s'il était bien au chaud, bien à l'abri dans son ciel, en train de nous regarder vivre, nous construire et nous débattre dans nos joies et nos difficultés et subir le mal. Mais non. Dieu est devenu intégralement comme nous (sauf le péché) pour que nous puissions devenir intégralement comme lui et trouver ainsi notre plénitude humaine. Ce travail sur nous-mêmes pour grandir en humanité, Dieu ne le fait pas à notre place, pas plus que les parents pour leurs enfants. Il nous appelle à prendre nos responsabilités, il nous stimule pour que nous ne nous laissions pas aller au découragement, au fatalisme, au complotisme. Il est heureux quand nous avançons dans la bonne direction, sur le plan tant personnel que collectif. Il souffre de nos souffrances quand nous subissons le mal, il souffre de nos fragilités mais il ne les supprime pas magiquement. Chaque jour, il construit avec nous et nous construisons avec lui notre personnalité définitive qui partagera pleinement sa vie, son bonheur, son amour.

               Soyons donc certains que ce n'est pas grandir Dieu que de dévaloriser l'humain. Bien au contraire, Dieu désire de toutes ses forces le développement des capacités et des valeurs humaines  quand elles permettent une vie selon l'Evangile, un épanouissement selon le Christ. Aujourd'hui Dieu désire de toutes ses forces que nous puissions vaincre et détruire le virus. Réjouissons-nous que Dieu, à travers nos progrès et nos fragilités, nos réussites et nos faiblesses, ne cesse de nous accompagner. Voilà comment Dieu nous sauve. Son Amour ne nous trompera pas. Oui, aujourd'hui un Sauveur nous est né. Un psaume de Noël chante: éveillons l'aurore. Soyons des éveilleurs de l'aurore.

                                                                                                         père Bernard Housset

Cid afc7304a327a44449f99828a33a794c4 evemgr

Cid 1d656e0668b74ecb9eec9b9dcedd4443 evemgr

 

  Durant ce 2° confinement, aucune messe n'a pu être célébrée dans nos églises  : donc pas de quêtes.

  Vous pouvez compenser l'équivalent de cette perte financière soit :

   - en augmentant votre partcipation à la quête du dimanche

  soit  sur le site :

                       www.quete.catholique.fr


84cae2f9 034c 47f6 9e33 2ebd9e83606d                       

   

           

           

 

 

                                      

 

              

 

 

 

 

 

 

 

 

                

 

 

                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MESSE DE LA TOUSSAINT

Img 0148Img 0163Img 0165

HOMELIE

                        Cette fête de la Toussaint nous rejoint à un moment complexe et difficile de notre vie sociale. Les nouveaux attentats terroristes des djihadistes radicaux (le professeur de Conflans Sainte Honorine, puis les trois catholiques de Nice). Et ce nouveau confinement qui parait indispensable pour endiguer la seconde vague de la pandémie mondiale du COVID 19.

                              Alors, ces Béatitudes qui nous invitent à la douceur, à la pauvreté, à la recherche de la justice, à la Miséricorde,  sont-elles irréalistes? Et les deux lectures qui nous présentent un horizon magnifique (la multitude des élus et le fait que nous sommes appelés, après notre mort biologique, à devenir semblables au Christ) ne sont-elles pas chimériques? Non à ces deux questions, si nous réfléchissons bien nos réponses.

                              Evidemment, dans un premier temps,nous ne pouvons pas faire preuve de naïveté à l'égard des terroristes musulmans. Ils doivent être sanctionnés fermement pour leurs crimes abominables. Redoutable réalité pour nos responsables politiques et sécuritaires. Car ces attentats sont perpétrés, de manière imprévisible, par des petits groupes isolés. D'autre part, pour le confinement, les mesures sanitaires suscitent un certain nombre de contraintes qui, certes, gênent nos manières de vivre . Nous les subissons ou nous les acceptons bon gré mal gré. Mais nous savons qu'elles sont nécessaires pour nous protéger et protéger les autres.

                              Puis, en refléchissant au sens profond des Béatitudes, nous nous rendons compte que le Christ ne nous invite ni à la naïveté ni à la mauvaise humeur. Quand il parle de paix, de douceur, de miséricorde, de justice, il nous invite à nous prendre en charge de manière responsable, à ne pas succomber à nos instincts de vengeance, de paresse , de lâcheté, de colère. Il nous invite à faire preuve d'humanité, de véritable humanité, c'est-à-dire d'accueil des autres, d'écoute, de respect, de dialogue, de tolérance, de mesure et d'équilibre dans nos jugements. Bref d'un humanisme évangélique à sa suite et comme lui qui est homme en plénitude, en perfection.

                              Concrètement, par rapport aux musulmans, dans la mesure où nous en connaissons -c'est mon cas, à Montauban et à La Rochelle -,  nous nous rendons compte que la plupart veulent vivre leur religion de manière équilibrée, saine, sans violence, comme nous , chrétiens, essayons de le faire pour notre propre religion. Souvenons-nous de l'initiative du pape François : il est allé, en février 2019, à Abu Dhabi, pour une rencontre (préparée par un cardinal originaire de Bordeaux) avec l'un des grands leaders musulmans chiittes et signer avec lui un document sur" la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune ". Dans sa récente encyclique, "Tous frères", il cite ce texte signé avec le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb : "en condamnant le terrorisme sous toutes ses formes et ses manifestations..., nous déclarons adopter la culture du dialogue comme chemin, la collaboration commune comme conduite, la connaissance réciproque comme méthode et critère" (N° 10 et 285).

                              Quant au confinement, nous pouvons également vivre les Béatitudes. D'ailleurs la première expérience vécue en mars et avril a été une bonne illustration de tout ce que nous pouvons réaliser de positif durant une période inédite. Par exemple, téléphoner ou envoyer un mail à une personne que nous savons seule et qui pourrait souffrir d'isolement. L'utilisation des nouvelles techniques de communication peut faciliter ce que le pape appelle une "culture de la rencontre", une plus grande "fraternité et amitié sociale".

                              Evidemment, comme toute réalité, ces nouvelles techniques ont leur versant négatif. Nous en prenons conscience : dans certains réseaux sociaux circulent des injures, des diffamations et des incitations à la haine indignes de citoyens responsables et encore moins de chrétiens. D'ailleurs l'un des grands textes fondateurs de nos valeurs démocratiques, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, adoptée en 1789, affirme : "la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui" (article 4). Par exemple, par rapport à notre nation, il est interdit de se moquer de la Marseillaise ou de siffler cet hymne national. Je pense que présentement nous avons à mieux articuler la liberté d'expression avec le respect d'autrui. Car la liberté d'expression n'est pas un absolu, elle a ses limites.

                              A notre petit niveau, faisons attention à ne pas colporter des rumeurs qui, la plupart du temps, sont fausses et que nous ne pouvons pas vérifier. Ainsi serons-nous des acteurs de paix, qui feront progresser la paix dans nos familles et avec les autres habitants de  nos villages. Ainsi progresserons-nous vers la sainteté que Dieu désire pour tous les humains.

              

 

         

 

 

                 

 

Messe de Saint François d'Assise et de la clôture du mois de la création

Img 0131Img 0133

Img 0134Img 0135

                                                                                                --------------------------------------------

Messe d'ouverture du mois de la Création au jardin de la maison paroissiale

Img 0140Img 0151Img 0128     

 

   

           

 

 

                                                                                                         

 

     

            

         

                                                                   

 

 

 

 

  

 

 

                                               

                    

               

     

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Date de dernière mise à jour : 24/01/2021